Un peu d'histoire

,

 

L'Abbaye est située à l'orée du Warandebos, un domaine protégé de 70 hectares. Au sein de cette belle nature boisée, l'Abbaye offre une place de calme et de silence propre à la méditation et à la détente

 

 

OAK en hiver

 

Parc et étang de l'Abbaye

 

 

Dès 1095, on trouve référence d'un ermitage situé sur la colline de "Curtenberg", puis d'une abbaye de moniales.

Au 13ème siècle, la communauté s'établit à l'endroit actuel au creux du vallon du "Minneveld" et adopte la règle de Saint Benoit.

En 1312, l'Abbaye accueille les signataires de la Charte de Kortenberg, première constitution applicable au Duché de Brabant.

L'église abbatiale primitive est restée église paroissiale de Kortenberg jusqu'en 1771.

En 1777, la Mére Béatrice de Villers, dernière Abbesse bénédictine de l'Abbaye, fait construire un nouveau bâtiment principal, encore présent.
L'abbaye est fermée sur ordre du gouvernement de la République Francaise en 1796. Elle est vendue en 1798 et, immédiatement après la vente, le site est démoli; il n'en subsiste aujourd'hui que le bâtiment principal et quelques bâtiments annexes tels que l'ancienne étable dite "Veehof" (l'actuel bâtiment Sjaloom , la ferme dite 'bouwerij", le "cabinet" sur l'eau et la vieille porte d'accès au domaine sur le "Minneveld".
Ainsi disparait une institution qui, au cours de sept siècles, joua un rôle marquant dans la vie religieuse et politique de notre région.

Le domaine sera vendu en 1829 au baron Albert d’Eesbeeck dit Vanderhaeghen. Par le mariage de la Baronne Julie d’Eesbeeck dit Vanderhaeghen, sa fille, avec Mr Jean-Amand Matthieu, régisseur des biens, le domaine devient la propriété de la familie Matthieu, puis celle de l'avocat Paul Salkin, petit-fils de la Baronne.
C'est dans le domaine de l'Abbaye que le beau-frère de ce dernier, Joseph Chantraine, a construit puis fait voler sur quelques dizaines de mètres en 1906 un avion qu'il appella "l'aéromobile", un des premiers avions à voler en Belgique. Ont aussi habité ici l'artiste-peintre Maria Lambiotte et son fils, le peintre Emile Salkin. Ce dernier était un grand ami du peintre Paul Delvaux qui aimait beaucoup le cadre de l'Abbaye.

En 1933, le domaine est mis en vente publique et est acheté par le Chanoine François Misonne qui fait construire en 1934 la salle dite "Ridderzaal " (Salle des chevaliers) et la chapelle de style baroque, chapelle qui fut consacrée par le Cardinal Van Roey. Le chanoine fait ajouter la terrasse actuelle.

De 1952 à 1976, l'Abbaye, sous la houlette des Soeurs du Cénacle, est dédiée à l'organisation de retraites. Elle est léguée de son vivant par le Chanoine Misonne à l'Archevéché de Malines/Bruxelles et a ensuite été gérée successivement par les Pères Rédemptoristes, les Soeurs Ursulines et, enfin, une communauté de laïcs. Des ailes nouvelles ont été ajoutées à l'arrière du batiment selon des plans de l'architecte P.Rome.

Le salon de l'Abbaye actuelle ( "Karterzaal" ou salle de la Charte) donne une belle idée de la décoration du 18eme siècle. On y trouve un tableau de la Mère Maria Laermans, abbesse de 1671 à 1682, et de Béatrice de Villers, la dernière Mère abbesse ainsi que deux médaillons de Béatrice de Villers et du régisseur Gregorius Desneux, gestionnaire des biens de l'abbaye de 1778 à 1796. Dans ce salon, on trouve aussi les armes de l'abbaye et celles de la dernière abbesse.

Dans le parc, quelques ruines datant des bâtiments originaux se laissent découvrir de-ci de-là.

 

Texte repris du site communal www.erfgoedhuis-kortenberg.be

Informations touristiques sur Kortenberg.